La solidarité par l'éducation

Le pouvoir de décider pour soi-même est le plus grand cadeau que l'on puisse donner à un être humain.

Un premier pas vers la connaissance de soi

L'idée de donner la chance aux enfants de s'instruire à Kodji, d'où est originaire Jean Codjo, a germé lorsque ce dernier étudiait à l'université de Hamburg en 1998. 

 Une année plus tard, la simple idée devint réalité. La première école fut construite par les villageois eux-mêmes qui, grâce à la sensibilisation de Jean et de Pierre, finîrent par se rendre compte de l'importance de l'instruction dans un monde de plus en plus global, où l'ouverture à d'autres cultures s'impose. Cette prise de conscience de la part des villageois encouragea Jean à chercher du financement pour la contruction de salles de classe qui résistent aux intempéries. Les premiers donateurs sont certes des amis de Jean en Europe, plus précisement en Allemagne, mais on a dû avoir recours à certains organsimes humanitaires pour que les fonds nécessaires pour la contructions de six classes soit collectés. Cette première école primaire porte le nom de Jules Verstraeten, un ami belge et père adoptif de Jean, grâce à qui ce dernier a pu suivre ses études universitaires, tant au Bénin qu'en Allemagne. Depuis 1999, les enfants de Kodji n'ont plus besoin de parcourir tant de distances pour se rendre à l'école comme l'avaient fait leurs ainés dont Jean.

             

Veuillez également parcourir les photos du site.

 

 

En 2003, Jean a dû de nouveau chercher du financement pour forer un puits afin de permettre aux enfants de boire non seulement de l'eau potable, mais aussi de s'en servir pour irriguer leur jardin de culture vivrière en cas de sécheresse prolongée.

 

               

 

Bien que construite grâce au fonds privé, l'école Jules Verstraeten est placé sous l'auspice de l'état, avec l'espoir que ce dernier y affecterait des enseignants.

 

 

 

 

Ce n'est qu'en 2009 que la construction de la deuxième partie de l'école débuta. 

Les enfants qui fréquentent l'école ne paient pratiquement pas de frais de scolarité, ce qui n'est pas le cas pour la seule école secondaire publique de la region, où chaque élève admis doit débourser environs 100$ canadien par an. Ce coût constitue un défi de taille pour les parents de ces élèves qui, plus souvent, sont obligés d'abandonner leurs études pour cette raison.  

                              Un être dans sa découverte

Comment imaginer ce qui n'existe pas?

Par curiosité ou par chance?

Pas à pas l'esprit s'est gonflé jusqu'à en repousser les limites

Toujours plus haut et beaucoup plus loin.

 

D'un oeil qu'il faut critique

Filtré par une naïveté pure

Comment découvrir le vrai du faux

Et garder un coeur tendre?

 

En osant doucement

En restant soi-même

En partageant avec amour et respect

En aimant inconditionnellement.

                 

                           M.S.